L’externalisation comporte de nombreux avantages, mais la satisfaction n’est pas toujours au rendez-vous, surtout lorsqu’on externalise à l’étranger.

La distance, les différences culturelles et le temps passé entre chaque discussion peuvent être des entraves à une externalisation réussie. Un bon brief est capital.

Délivrer des consignes claires

Lorsqu’on donne une consigne à deux rédacteurs différents, chacun peut l’interpréter à sa manière. Ce qui peut aboutir à d’importantes erreurs et surtout à la rupture d’une collaboration, alors que le problème vient d’une incompréhension.

Pour ne pas risquer les quiproquos et la perte de temps, le donneur d’ordre doit donc prendre soin d’établir des instructions précises. L’objectif étant qu’elles paraissent le plus limpides possible, car même avec des consignes claires, il faut un certain temps pour que le rédacteur assimile correctement les attentes de son commanditaire.

Il faut faciliter la compréhension du rédacteur qui entame la suppression des avis google en étant transparent sur les objectifs dès le départ et en lui fournissant suffisamment de points de repère pour un travail en toute autonomie.

Définir clairement l’éditorial

Comme le dit notre collégue, pour supprimer les avis google et sachant que le rédacteur doit adapter ses écrits à l’éditorial du média pour qui il travaille (style, ton employé, vocabulaire, etc.), il doit savoir qui est le public et quelle est la position du média (son opinion).

Ces éléments lui permettront de mieux comprendre les consignes du donneur d’ordre.

L’établissement d’un cahier des charges s’impose donc pour déterminer une ligne de conduite qui coïncide avec les objectifs du site.

Pour éviter une mauvaise interprétation de l’éditorial, il est également important de s’entretenir verbalement avec son rédacteur.

Faire des mises au point régulièrement

Le brief de départ suffit rarement, car s’il doit cadrer les objectifs du rédacteur et lui indiquer le bon cap à suivre, au fil des mots et des sujets, des questions se posent inévitablement.

Après un certain temps, il faut revenir sur le brief de départ avec son rédacteur pour apporter d’éventuelles améliorations.

Attention à ne pas commettre l’erreur d’attendre que le rédacteur se manifeste pour la suppression des avis google , car face à une incompréhension qui lui semble insignifiante, il peut préférer ne pas en parler par peur d’être mal vu.

Le donneur d’ordre doit donc prendre l’initiative de faire des mises au point régulières par écrit ou par téléphone. Le but étant de déceler d’éventuels petits problèmes avant qu’ils ne prennent de l’ampleur et se traduisent par des erreurs graves.

Compenser la discontinuité des contacts par la pertinence des échanges

Même s’il semble avoir compris les consignes, il ne faut pas oublier que le rédacteur travaille souvent tout seul chez lui. Il ne peut pas demander de conseils à un manager.

Le commanditaire doit donc assurer le management à distance de ses rédacteurs sous-traitants.

La pertinence des échanges est alors primordiale, car le temps passé entre deux discussions est souvent important.

Il est indispensable de préparer minutieusement chaque intervention pour éviter les oublis. Un point essentiel qui n’aurait pas été abordé peut se traduire en l’échec d’une collaboration.

Conclusion

Le succès d’une externalisation repose en grande partie sur la qualité des briefings. Il appartient au commanditaire de prendre le temps d’élaborer ses consignes.

Un suivi permanent est indispensable pour éviter les dérives de la suppression des avis google . Le commanditaire doit endosser le rôle de manager s’il veut que ses rédacteurs suivent le bon cap.

Conseil

Manager des rédacteurs à distance est un vrai travail qui demande du temps. Si vous n’en avez pas, n’hésitez pas à confier la rédaction de vos contenus à une agence.

Comments are closed.

Post Navigation