Pour mieux connaître les frais et tarifs des banques en ligne, il est intéressant d’effectuer un comparatif précis. Apparemment, les frais des prestations de ces établissements de crédit en ligne sont attractifs grâce à leur faible montant. Cela justifie la ruée de souscripteurs des banques traditionnelles vers ces caisses de crédit connectées. Une catégorisation de leurs tarifs permet de voir en détail celles qui ont les meilleures offres, qui sont moins chères en matière de coûts.

Banque en ligne : que des tarifs moins chers

Vous saurez dans les détails comment les néo-banques facturent les services courants, la carte bancaire, les frais d’incidents de paiement, l’épargne et le crédit. Toutes les précisions sur les prix des services bancaires en lignes sont à consulter sur le site jepargneenligne.com

Les banques en ligne sont aujourd’hui très sollicitées parce qu’elles proposent des services avec des tarifs moins chers, voire gratuits, ce qui vient concurrencer les banques traditionnelles. Par exemple, la carte bancaire est gratuite, donc pas de cotisation. En plus, il n’existe pas de frais de tenue de compte. Ces tarifs sont imbattables tout simplement parce que ces banques n’ont pas d’agence physique. Cela constitue un avantage considérable dans la mesure où les frais du personnel sont minimisés et qu’il n’existe pas de frais d’entretien de réseau bancaire.

Pour compenser la perte avec la gratuité de certains services, ces établissements en ligne obligent les clients à utiliser les moyens de paiement qu’elles leur ont offerts. C’est ainsi par exemple qu’un souscripteur doit se servir de sa carte bancaire pour régler une facture chez un commerçant. Ce sont ces transactions qui leur génèrent des revenus.

Pour obliger les clients à s’en servir, ils ont mis en place certaines règles, la première étant relative aux conditions de revenus ou d’épargne. En effet, elle exige un minimum de revenus mensuel que le client devra réunir pour pouvoir ouvrir un compte, sinon il sera obligé de payer des frais additionnels.

La seconde obligation concerne les frais relatifs aux cartes inactives. En effet, pendant que les banques traditionnelles pénalisent les comptes inactifs, les banques en ligne à leur tour taxent les cartes inopérantes avec un montant variable, alors que c’est plafonné chez les établissements classiques.

De toutes les façons, les banques en ligne ont des tarifs très concurrentiels qui font d’elles des banques les moins chères par rapport aux réseaux traditionnels, cela a été approuvé par l’ensemble des consommateurs. En effet, sur dix services couramment utilisés dans 129 banques en ligne, il est constaté que les tarifs pratiqués sont les plus faibles comparativement aux caisses de crédit anciennes.

Par exemple, la carte bancaire est à débiter immédiatement ou en différé, elle est gratuite et autorisée systématiquement. Le retrait d’argent dans un distributeur ne coûte pratiquement rien et on peut effectuer des virements bancaires à un tarif insignifiant. D’autres prestations comme la mise en place d’un prélèvement, la commission d’intervention, les assurances de moyens de paiements et les frais de tenue de compte sont taxés faiblement.

Par exemple, ING Direct, banque en ligne de Boursorama (ex-aequo) est classée première sur la plan de la compétitivité des tarifs. Avec elle, ces dix services ne coûtent que zéro euro. Vient ensuite Fortuneo qui pratique un prélèvement de 18 euros par an. Hello Bank, la banque connectée de BNP Paribas occupe la troisième place des établissements bancaires les moins chers avec un tarif de 38 euros par an. Le coût total des frais sur ces services s’élève à 123,5 euros chez Monabanq.

Il ne faut pas oublier les banques-assurances dans ce classement. Par exemple, les prestations chez Macif sont taxées à 122,10 euros et 143,25 euros avec Groupama Banque.

Comments are closed.

Post Navigation